PATRIMOINE ALIMENTAIRE

PATRIMOINE ALIMENTAIRE

• Yohanou + riz,
• Gnonhanou + riz,
• Maneke + riz,
• Soklohairai,
• Diaklo + riz,
• Sauce graine + Hêrê,
• Dia hanou,
• Sauce graine + Djoho,
• Padehanou,
• Totohan

0

Sites Touristiques

LES MONUMENTS OU SITES HISTORIQUES

➢ L’ancien port de Tabou ;
➢ Le site du 1er phare de Côte d’Ivoire « 1898 » occupé l’actuel sur la montagne Bato,
➢ Le palais du gouverneur de « Tabou »,
➢ Le phare de Tabou,
➢ Les vestiges de l’ancien chemin de fer pour le transport de billes de bois reliant San Pedro à Brimey.

LES MONUMENTS CONTEMPORAINS

➢ Le monument tétrapode (rond-point de gare) San Pedro,
➢ Les deux ivoires en béton géant (carrefour cité) San Pedro,
➢ Bélier au repos fixant le croissant ou monument de la paix San Pedro,
➢ Le monument sportif du stade Auguste Denise San Pedro,
➢ Le nouveau phare de San Pedro sur le site de l’ancien.

LES MONUMENTS FUNERAIRES

➢ Le caveau du patriarche Gosso Nimlin Félix (Cimetière municipal) San Pedro,
➢ Le caveau du patriarche Nabo Félix (grand militant politique) à Naboville S/p de Gabiadji,
➢ Le caveau du patriarche Tchétché (Chef de tribu) à Kpotê (San Pedro),
➢ Le monument aux morts dédié à Nimlin Mani (fondateur de Mani Béréby),
➢ La tombe de Moses Bonifacio (père de Kwame N’krumah) à Rock Olodié Grand Béréby,
➢ Le monument aux morts dédié à KATO Vincent (grand militant politique et fondateur de Méagui) à Méagui,
➢ Le monument funéraire dédié à Quiquerez (lieutenant de vaisseau Français) ou la pointe Quiquerez, qui à ce jour, est la plus ancienne tombe militaire française existant sur le territoire ivoirien (20 mai 1891).

PATRIMOINE NATURELS

➢ La Rivière Nireu à San Pedro
➢ La Rivière Moyoniboh à San Pedro
➢ Le Marigot Dobo à Kpodjo à San Pedro
➢ Le Marigot Bohoun à San Pedro
➢ Les Rivières jumelles Gnéba kla, Gnéba Mohin à San Pedro;
➢ La Baie de Monogaga (Monogaga)
➢ La Baie Karé Wah à Taki à San Pedro
➢ Gbapo plage
➢ La Baie des sirènes de Béréby
➢ La pointe Bloto à Blimin

PATRIMOINE NATURELS A VALEURS ESTHETIQUES OU SACREES

➢ Le Lac Kaniga, à Doulayéko San Pedro ;
➢ Le Lac Popo, à Popo San Pedro ;
➢ Le Lac Watanié, San Pedro ;
➢ La lagune Digboué. San Pedro ;
➢ La Pointe Taky, San Pedro;
➢ La Pointe Mono ou victoria town à Monogaga ;
➢ La Pointe Quiquerez, San Pedro ;
➢ La Pointe et Montagne Blah tchrê, à Monogaga ;
➢ La Pointe Gbapo, San Pedro ;
➢ La Pointe Broto, San Pedro ;
➢ La Pointe Yéhoulé, à Monogaga ;
➢ La Pointe Bétié à Monogaga ;
➢ La Montagne de Tuihi (Antenne de la RTI) San Pedro ;
➢ La Montagne Bato, à San Pedro ;
➢ La Montagne Gnamaglé, à Gbahê Monogaga ;
➢ Le Rocher Ipié Gbahê, à Monogaga ;
➢ La plage de San Pedro ;

0

LA CEREMONIE DE LA COLA CHEZ LES KROUMEN

En pays Kroumen, l’on offre de la cola pour souhaiter la bienvenue au visiteur ou à l’étranger. La cérémonie de la cola est une des caractéristiques de la civilisation Kroumen.
Elle est à la fois l’expression d’un sentiment d’amour, le signe d’une acceptation et d’un pacte de non-agression.
La cérémonie de la cola comporte trois éléments : la cola en elle-même découpé en tranches et présentée avec ses accompagnement que sont d’une part le piment spécialement préparé appelé wlé Piah, et d’autre part l’eau ou /et la boisson « Koutoukou, Kindjus, Vin de palme, Vin occidental, Gin, Bière, etc. »
Selon la légende, les Kroumen ont adopté la cola dans leurs mœurs grâce à un chasseur qui s’était égaré dans la forêt au cours d’une partie de chasse.
Il passa des jours et des nuits à la recherche du chemin du retour. Tenaillé par la faim, l’homme observa un écureuil qui se nourrissait d’un fruit inconnu. Il en prit et en croqua. Grâce à ce fruit, cet homme résista à la faim et à la fatigue.
De retour au village, il fit comprendre aux villageois que c’est grâce aux vertus de ce fruit qu’il a pu résister à la faim. La communauté villageoise, heureuse de le retrouver, organisa une fête avec au menu de la cola qu’elle nomma ‘’wlé’’ et qui signifie repos ou reprendre des forces.
La cola est donc devenu en pays Kroumen le symbole de la joie des retrouvailles, traduisant l’hospitalité et la fraternité.

0

Sanpredro !

Bienvenue sur le blogue de la Direction régional de la Culture et de la Francophonie Mangrove. Vous lisez votre premier article. Modifiez-le ou supprimez-le, puis commencez à

Situé à 370 km d’Abidjan et à 482km de Yamoussoukro, la région de San Pedro est constituée de 2 départements : San Pedro et Tabou. Elle est délimitée au nord par la région de Soubré, à l’est par la région de Sassandra, au sud par l’océan atlantique et à l’ouest par le Libéria. La région comprend 11 sous-préfectures à savoir San pedro, Gabiadji, Doba, Grand-Béréby, Dobgo, Tabou, Grabo, Olodio, Djiroutou, Djamadjoké et Dapo-Iboké et 4 communes qui sont San Pedro, Grand-Béréby, Tabou et Grabo.
La population locale de San Pedro est constituée pour sa grande part des ethnies du groupe Krou dont les « piais », les « wonin », les « bakwé », et les « touho ». San Pedro étant une ville forestière et portuaire, elle va attirer les peuples de Côte d’Ivoire dont une grande colonie de Baoulé et de Malinké. Une migration des populations de la sous-région est frappante comme l’atteste la présence des Burkinabés, nigériens, guinéens et ghanéens. San Pedro jouit également de la présence d’une forte colonie de Libanais et de Français.

0